Flèche bas

Diaporamas

Terres d'Afrique
Terres d'Afrique
Ethnies d'Afrique
Ethnies d'Afrique
Terres d'Asie
Terres d'Asie
Ethnies d'Asie
Ethnies d'Asie

TERRES AFRICAINES

LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

C’est le 1er décembre 1958 que ce territoire appelé République Centrafricaine accède à l’autonomie. Ce pays enclavé, sans accès direct à la mer est situé au centre de l’Afrique et est bordé par quatre pays : le Soudan à l’est, le Tchad au nord, le Cameroun à l’ouest, le Congo au sud.

La RCA bénéficie de deux zones climatiques : sahélienne au nord et équatoriale au sud, c’est cette zone qui abrite la forêt dense humide où vivent les pygmées AKA, l’une des plus anciennes populations du monde.
Les forêts denses humides du sud du pays représentent seulement 7,7 % du territoire et sont menacées par les exploitations forestières.

Les ressources naturelles de la RCA sont variées, propices à des cultures diversifiées. Le sous-sol est riche en or, diamants et autres minéraux.
La population est estimée à 3,3 millions d’habitants dont 63 % en zone rurale.

Les populations de la république Centrafricaine se répartissent en trois grands groupes, suivant les zones climatiques du pays : les populations dites « du fleuve » établies le long de l’Oubangui au sud et au sud-est, celle de « la forêt » au sud-ouest, puis le plus gros du peuplement dit de la « savane » qui est situé au nord, nord-ouest, Ouest, Centre, et l’est.

Mon expérience en RCA

J’ai réalisé ce voyage en République Centrafricaine grâce à l’organisme « Fleuves du Monde » qui nous a permis avec d’autres voyageurs de partir à la rencontre des pygmées Bayakas, région située au sud du pays, dans la zone frontalière avec le Congo.

 

Nous avons quitté la capitale Bangui à bord d’une pinasse sur le fleuve Oubangui, ensuite à bord de pirogues, nous avons navigué sur la rivière Lobaye pour pénétrer dans la jungle équatoriale.

 

Durant notre navigation sur le fleuve, nous nous sommes arrêtés soit pour camper ou simplement pour visiter des villages africains pour rencontrer les populations nommées « des fleuves ».

 

Durant cinq jours nous avons progressé dans des conditions parfois difficiles, dans la forêt humide à la découverte des campements des pygmées Bayakas. Perpétuant leurs rites et coutumes, cachés dans cette immense forêt, nous avons pu partager quelques moments extraordinaires avec ce peuple si attachant.

 

Ce voyage a été une expérience hors du commun et je tiens à remercier « Fleuves du Monde » pour leur organisation.